Adulte - Littérature française
Comment construire une cathédrale
Mark Greene
Edition: 
Plein Jour
Date de sortie: 
15/09/2016
Prix éditeur indicatif: 
12.00 €

« Je m’aperçois, à ce moment-là, qu’il n’a presque plus de dents. C’est ainsi : il n’a presque plus de dents, et il s’en porte à merveille… Il est comme ça, Justo : il construit une cathédrale, excusez du peu, quand d’autres se font faire des implants ! Tout de suite, j’ai pensé : je me réjouis qu’il n’ait plus de dents. Je lui en suis reconnaissant… Il n’est pas important d’avoir de belles dents… On ne doit pas s’en faire, pour ses propres dents. Ce qui compte, c’est la vérité. »

 

L’histoire de Justo Gallego qui, depuis plus de cinquante ans, construit, seul, une cathédrale dans la banlieue de Madrid. Quand un romancier rencontre un héros de l’acte absurde, Don Quichotte s’incarne soudain, et le roman devient réalité.

 

Mark Greene, écrivain franco-américain né en 1963 à Madrid, est l’auteur d’un recueil de nouvelles, Les Plaisirs difficiles (Le Seuil, 2009), et de quatre romans, dont Le Ciel antérieur (Le Seuil, 2013) et 45 tours (Rivages, 2016).

 

« Mark Greene en est donc bien un, d’écrivain, qui sait voir au-delà des apparences, qui a la sensibilité de ceux qui doutent, pour qui, certainement, tout n’a pas été donné sur un plateau d’argent, qui ont dû se coltiner cet écart entre la narration et la vie, entre la vie des autres et la leur, et se sont mis, tout simplement, à réfléchir. »

Nelly Kaprièlian, Les Inrockuptibles

 

« Mark Greene bâtit une œuvre forte. Son style a une rythmique et une mélodie propres. Dans ses livres se dessinent des silhouettes récurrentes, des motifs douloureux, des sujets de prédilection, comme autant de variations autour d'un thème central : la crainte du désenchantement. »

Baudouin Eschapasse, Le Point

Critique du Carnet à Spirales: 

Que c'est bon la folie... Bien souvent des personnages réels dépassent la fiction. 

Justo Gallego laissera à sa mort une œuvre inachevée, une œuvre de toute une vie et un fardeau monumental pour la ville, les architectes en charge de la sécurité, l'état, le clergé. Il laissera cette cathédrale inachevée qui a pour vocation de le demeurer. Les uns et les autres se renvoient la balle et lui, petit homme courbé, se rend à la briqueterie, poussant sa brouette, afin de récupérer ces briques non conformes, non commercialisables, qui s'empileront de guingois pour former cette humaine folie.

Que de thèmes abordés dans ce court récit, que de pistes à explorer. Mark Greene propose sa lecture propre de cet olibrius, de cet allumé, mais sans jamais le juger ni le dresser sur un piédestal. Il observe incrédule cet humain. Formidable histoire que cette cathédrale qui peut-être, un jour, s'écroulera sur deux groupes de touristes venus en car pour la visiter gratuitement, pour s'extasier devant la folie d'un homme, bestiole à deux pattes capable de soulever des montagnes pendant que d'autres s'endorment repus. La cathédrale s'écroulera alors tel un château de cartes construit sur du sable, s'écroulera par manque d'engagement et de courage de ceux qui ont laissé Justo construire, comme on laisse jouer un enfant, sans croire un seul instant que le trou de départ deviendrait un édifice incroyable capable de déplacer des foules désormais. Le parallèle entre cet inutile édifice joyeusement habité par les visiteurs et les indispensables villes nouvelles de quelques promoteurs canailles habitées par des fantômes résume à lui seul la vacuité de l'existence.

A découvrir également les autres titres de cette collection « Les invraisemblables »

oui
oui

Culture & Société

Livres du même auteur :