Adulte - Littérature française
Le Carnet à Spirales - Rouge - Carl Aderhold
Carl Aderhold
Edition: 
Les Escales
Date de sortie: 
10/03/2016
Prix éditeur indicatif: 
19.90 €

En vidant la maison de son père qui vient de mourir, Carl retrouve un cahier d'enfant. Sur la première page, un titre écrit de sa main : « Histoire de ma famille », et en dessous : « De Cologne à Paris, quatre générations d'Aderhold ». Lentement, les souvenirs remontent : ceux de son enfance, de sa famille, de leur malédiction.
Quel germe de fatalité instilla Peter, l'ancêtre fondateur, qui déserta l'armée allemande avant la Première Guerre mondiale pour devenir français ? Georges, le grand-père un peu terne, n'était-il pas condamné à l'échec, lui qui rêva un soir d'ivresse d'arrêter seul une colonne SS ? Et que dire du père, Pierre Decazes, comédien, communiste flamboyant, qui fit de sa vie et de celle de ses proches un théâtre engagé ?
Bercé par les paradoxes de l'idéologie et le besoin de fiction qui la sous-tendait, Carl Aderhold nous raconte une jeunesse française, mais aussi la naissance d'un écrivain pour lequel la remémoration des défaites est à la fois consolation et chant d'amour.
Après la mort de son père, alors qu'il doit vider la maison, Carl est assailli par son passé : de vieux numéros de L'Humanité, des portraits de Marx et Lénine et, surtout, un cahier d'enfant. Sur la première page, un titre écrit de sa main : « Histoire de ma famille », et en dessous : « De Cologne à Paris, quatre générations d'Aderhold ». Ce sont les traces de sa jeunesse, une jeunesse rouge, à la fois exaltante et honteuse.
Des brumes de la mémoire surgit alors un monde dans lequel la politique contrôlait tout : les lectures, les jeux, les sentiments, les rêves. La débâcle sera terrible. Mais la remémoration des défaites n'est-elle pas, pour l'écrivain, à la fois consolation et chant d'amour ?

Dans une langue éblouissante, Rouge explore la filiation impossible, les trahisons, les colères d'une génération, et retrace la folle histoire d'une famille française à travers le XXe siècle.
 

Critique du Carnet à Spirales: 

Emouvant, « Rouge » est l’œuvre de mémoire d’un homme tiraillé par sa jeunesse  sous l’emprise d’un père communiste acharné et par son rôle de père soucieux de ne pas reconduire les mêmes erreurs malgré un héritage générationnel difficile à « digérer ». Ce « Rouge » est magnifique à bien des égards. Emouvant travail de l’enfant devenu homme qui se penche sur son passé avec franchise, « Rouge » devient éclatant au fil des pages  tant Carl Aderhold semble se libérer peu à peu et écrit, décrit, exprime des émotions très personnelles sans aucun apitoiement. Cette distance, malgré le propos, est la grande réussite de ce livre. L’auteur s’efface derrière l’enfant qu’il a été, derrière l’homme qu’il est devenu, comme un double littéraire ou comme un personnage de fiction. Cette distance lui permet alors de se mettre à nu. Le communisme a modelé son père, a modelé sa famille, famille présente dans toutes les luttes, aux côtés des peuples opprimés, réprimés. Le communisme a détruit son père en s’effondrant. Ce comédien de père perdit la santé, s’offrant totalement à la maladie, en symbiose exacte avec la chute des gouvernements rouges.

Carl Aderhold manie l’humour, cet humour du désespoir, faisant naitre de situations  graves des scènes d’anthologie : une partie de Monopoly où le père triche comme le plus corrompu des capitalistes, une embuscade ratée pour freiner l’avancée des allemands, des prises de bec régulières avec le monde de l’éducation… Cette force d’humour, déjà reconnue dans ses deux précédents romans, sert le texte, donne un rythme soutenu à la narration et dédramatise souvent la dureté du propos.

Coup de cœur de votre libraire, ce « Rouge » est sincère 

Carl Aderhold sera dans votre librairie le samedi 21 mai 2016 - détails de la rencontre à venir...

oui
oui
oui

Culture & Société

Livres du même auteur :